La Chine continue de produire illégalement des produits chimiques qui appauvrissent la couche d'ozone

Pollution en Chine

Une étude montre une augmentation des émissions de trichlorofluorométhane (CFC-11) des usines chinoises entre 2014 et 2017.

Le CFC-11 est l'une des substances interdites par le Protocole de Montréal pour la protection de l'ozone dans la stratosphère.

La Chine était le plus grand producteur de substances illégales qui endommagent la couche d'ozone stratosphérique entre 2014 et 2017, selon une étude coordonnée par l'Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth australien et l'Université de Bristol.

Selon une étude, publiée dans la revue scientifique Nature, à partir de 2013, entre 40% et 60% de la production de réfrigérants à base de trichlorofluorométhane (CFC-11), l'une des principales substances responsables de l'élargissement du trou de la couche d'ozone, il a été produit dans les provinces du Shandong et du Hebei, dans le nord de la Chine.

Le CFC-11 est un composé liquide utilisé depuis longtemps dans les réfrigérateurs et les climatiseurs: avec le Protocole de Montréal, un traité pour la protection de la couche d'ozone qui prévoyait l'abandon de tous les composés à base de chlorofluorocarbures (CFC) pour 2010, le CFC-11 a été interdit. Les concentrations de trichlorofluorométhane ont diminué jusqu'en 2012, lorsque les experts ont commencé à enregistrer une nouvelle poussée de CFC-11 dans l'atmosphère.

Zone industrielle de Chine

Des chercheurs britanniques et australiens ont analysé les données atmosphériques fournies par la Corée du Sud et le Japon et ont estimé que les émissions de CFC-11 de l'est de la Chine pendant la période 2014-2017 étaient d'environ 7 millions de kg par an plus élevées qu'en la période 2008-2012.

La Chine a ratifié le Protocole de Montréal en 1991 et a annoncé en 2018 qu'elle avait réduit sa capacité de production de plus de 280000 tonnes par an de produits chimiques qui endommagent la couche d'ozone.

Selon un rapport de l'Agence d'enquête environnementale de l'année dernière, une douzaine d'usines en Chine utilisent encore du CFC-11 dans la production de mousse de polyuréthane.

Toujours en 2018, le gouvernement chinois a lancé une vaste campagne d'inspection dans quelque 3000 usines de mousse de polyuréthane dans le but d'identifier et de punir ceux qui violent le Protocole de Montréal. En mars dernier, des porte-parole du ministère de l'Environnement ont annoncé la fermeture de deux usines produisant illégalement du CFC-11.

Recommandé

Propriétés, avantages et utilisations du vinaigre de cidre de pomme
Avocat: comment planter son noyau?
Propriétés, avantages et utilisations des feuilles de laurier